vendredi 27 juin 2014

Deuxième Année faite ! Bilan, le point : retour sur une année riche. Welcome en troisième année EJE !


[ La Deuxième année EJE : une année intensive en stage et en expérience, bienvenue chez les explorateurs !]

De Retour sur la plateforme ! 

Voila c'est une nouvelle année qui s'achève et pas n'importe laquelle : la deuxième année, l'année de tâtonnements, d'épuisement physique/qu'intellectuelle. Bref l'année où tout peut basculer ! (bon ça va j'arrête je ne souhaite pas faire fuir mes lecteurs (EJE or not) et futurs étudiants à la recherche d'infos !

Avant de commencer cet article je tenais tout d'abord à dire : Félicitations aux futurs étudiants qui ont réussi leurs concours d'entrée et qui s'embarquent par conséquent dans l’aventure EJE ! Et bon courage à ceux qui sont aussi dans l'attente ! :) (vous ne savez vraiment mais vraiment pas dans quoi vous vous embarquer ! (rires)).

Je vous rassure toute de suite cet article n'est pas fait pour décourager les futurs étudiants sur la "Fatigue" qu'on peut rencontrer en formation ou sur la difficulté de ne pas s'en dormir à tout bout de champ. Non, je suis revenue écrire des bonnes et de jolies choses. J'ai souvent parler de mes difficultés et de mes stages qui ont été comment dire ... pas terrible dans l'ensemble ( à part le premier ). Et bin détrompez-vous mon stage DC1 se passe super, mais super bien !!! (Hallelujah !!!!). Cependant ce n'est pas aujourd'hui que je vais aborder ce stage, mais ne vous inquiétez pas je trouverais un moyen d'en parler tôt ou tard, il faut juste que je prenne le temps de savoir ce que je peux dire ou pas et ça j'avoue, parler d'un stage sur un blog c'est assez complexe. 

Une deuxième année remplis de stage au CERPE : DC4, DC3 et DC1 : voici ce qui vous attend !

Une année au départ qui ne m'a pas laisser indifférente en comprenant vite que ce ne serait pas le même rythme que la première année et ceci sous tout les plans. La première année était rythmé par nos deux stages DC2, j'ai eu le temps de digérer chaque stage, de me remettre d'aplomb avec les cours et de repartir sur de nouvelles bases. Sauf que voila, fini le rêve, la deuxième année arrive et il faut être d'attaque, une semaine de cours et hop stage DC4, après six semaines deux mois de cours et HOP stage DC3 pendant trois mois et retour au centre pour seulement deux semaines de formation avant d'attaquer le fameux stage long , le stage où tout se joue, notre vision future du métier, nos questionnements qui se mettent à fuser que ça soit par rapport au lieu, aux attentes ... Bref l'année où on réalise qu'il nous reste un an et qu'après sa y est, on joue alors les cartes afin de démontrer tout notre cheminement acquis au cours de ses trois ans et qu'on est prêt à passer de stagiaire EJE à EJE tout cours ! 

Au début de l'année, j'avais expliquer dans un article la difficulté rencontrer face à mes lectures, le manque au niveau du contenu théorique. Cette deuxième année m'aura jamais autant pousser à chercher au niveau de mes lectures. J'ai évidemment fermé des livres, qui ont été ré-ouvert par la suite ou pas, j'ai relu des livres dans lequel j'ai compris que mon cheminement, ma personnalité avait évoluer, je remarque que mon avis que je pensais être acquis sur certaines lectures s'est alors modifié. Alors malgré tout ses difficultés rencontrées, je pense que cette année a été positif. 

Bon même si je l'avoue par moment le centre de formation me manquais quand même à force d'aller de lieu en lieu. Sachez en tout cas, que tout mes galères on eu un effet positif sur le stage long! Qui l'aurait cru ?!
Je vois le résultat de tous mes stages passés sur le DC1, comme ci les morceaux du puzzle s'en boitaient tout seul et avec une facilité étonnante. Les problèmes souvent rencontrer au niveau de la communication, n'y sont pas (pour l'instant) dans le DC1. Faudrait-il dire merci au stage DC3 ? Je ne sais pas mais en tout cas pour l'instant aucun problème avec l'équipe médical, on se soucis de ma place de stagiaire, chacun reste à sa place bref tout vas bien. Niveau pédagogie, j'ai toujours su ce que je voulais et ce que je ne voulais pas, j'ai toujours prôner pour le jeu de manière libre et accessible pour tous tout en s'adaptant à l'âge et aux besoins des enfants. 

C'est bien beau de dire cela mais maintenant il faut trouver une manière de la mettre en pratique et de justifier tout cela ! Alors j'ai décidé de mettre tout ce que j'ai observer et appris sur le terrain dans le cadre d'un EFEP. (Qui n'est toujours pas terminer d'ailleurs ...).

Niveau écrit la deuxième année on n'a pas le temps de chômer ! Le DC4 qui prend la tête, car en tant que futur travailleur social, tu as six semaines, oui juste six ! Pour prendre la température du lieu, apprendre un champ lexical hyper élaborer, que tu dois alors quitter toute cette sphère pour aller dans celle de la communication et apprendre des théories, des normes plus complexes que d'autres. Résultat cela te donne un dossier DC3 porté sur la communication professionnelle de quinze pages et quand tu as fait deux dossiers à la suite de quinze pages (sans compter les annexes). On tombe alors dans le syndrome feuille blanche et flemme et du coup écrire juste un EFEP de 5 à 10 pages cela te parait juste compliquer, alors qu'avant ça ne l'était pas. Bref ne paniquons pas ! Enfin si, j'ai juste à faire deux EFEP pour septembre et le dossier DC1 sur l’accueil et l’accompagnement du jeune enfant et de sa famille afin d'avoir l'esprit LIBRE pour le MEMOIRE (oh, je n'aime pas ce mot !).

[Angoisse aborder et verbaliser terminer revenons aux généralités la deuxième année]

Cette deuxième année, je trouve qu'elle concrétise bien notre future personnalité. En première année, je trouve vraiment que c'est la découverte, l'observation du lieu, du métier et des différents outils utilisés pour répondre aux besoins des jeunes enfants. En résumé, on fait notre marché. En deuxième année c'est plutôt fini l'achat place à l'élaboration du plat principal et on met la main à la pâte partout où on peut, alors parfois il arrive qu'on foire, donc on recommence, jusqu’à notre résultat final. Pour ma part, je sens ce résultat final, mais du coup, je profite de ce stage pour tester encore et encore afin de vérifier que cela est possible et réalisable. J'en profite pour tomber maintenant et par conséquent cela veut dire faire des erreurs car je suis encore en formation, et je profite car on peut encore me réajuster tandis que sur le terrain, le rajustement sa sera plus difficile (je pense). 

Toute cette année et d'avoir enchaîner, m'aura fait réaliser qu'il y a tellement de questionnements, de pistes, que je n'aurais pas (ou ne pourrais pas) aborder et cela me frustre énormément. Je constate qu'il y a des lieux que je n'ai pas découvert comme les structures accueillant les enfants en situation d'handicap, mais le stage en pédiatrie me permet de visualiser sous en angle nouveau en posant la question : quel est l'apport d'un(e) EJE dans une telle structure ? 

Alors cette année, j'ai effectivement tâtonner afin de trouver mon chemin, mais je réalise que mon gâteau prend forme et qui reste à mettre la cerise sur le gâteau afin de concrétiser tout ce fabuleux parcours. 

Qui dit alors fin , dit alors troisième année, qui dit troisième année dit mémoire, qui dit mémoire dit : réflexion, plus de vie, somnolence, stress, bref diplôme d'état. Tout cela pour dire que j'ai des vacances que je ne suis pas presser d'arriver à la rentrée mais que hélas je ne vais pas chômer !

Holidays , OOOH je ne pense pas !

samedi 5 avril 2014

Tu sais que tu es en formation d'EJE quand ...

[Pause Humour]

Un petit passage sur le blog, non pas pour raconter mes incroyables aventures (no, no , no) mais pour faire une petite liste de tout ce que j'ai plus ou moins vécue en employant la magnifique formule magique : 

"Tu sais que tu est en formation d'EJE quand ..." . 

Certes sur les réseaux sociaux, on a les fameux "Tu sais que tu viens de telle ville quand" ... ou le nôtre "Tu sais que tu est EJE quand" et j'en passe. Cependant hier mon petit tweet m'a donné cette idée d'article. Le but n'est pas de faire une playlist des points négatifs et positifs, mais juste de me rassurer et de vous rassurez si on a vécu les mêmes choses. Alors n’hésitez pas à partager et à agrandir la liste ! 

Enjoy!

Tu sais que tu est en formation EJE quand :

  • Tu es à une soirée et qu'il arrive ce fameux tour de table et qu'au moment de dire que tu est en formation d'EJE, tu sais très bien que dans ta tête, il faudra expliquer le métier.
  • Ta table de chevet à la laisser place à Winnicott et compagnie délassant tes romans préférés.
  • T'arrives sur ton nouveau lieu de stage et que tellement il y a de stagiaire qu'on sais plus qui est qui et qu'on t'associe à tout sauf la stagiaire EJE. --"
  •  Chaque matin tu cherches "ta place" celle qui a été ton repère depuis ta première année de formation en espérant que tes collègues ne te l'ont pas prise.
  • Tu galères pour trouver tes stages surtout quand il y a la gratification en jeu !
  • Tu stresses pour ton stage DC4 que tu ne trouves pas et même en crèche ! lol
  • Tu paniques à l'approche d'un stage et qu'a une semaine du début, tu ne trouves toujours rien et que tu décides d'aller pleurer au bureau des formateurs.
  • Ton bureau ressemble à "Bagdad" à cause des dossiers de contrôle continue.
  • Tu sautes de joie lorsque qu'un enfant en stage prononce "magnifiquement" ton prénom.
  • Tu arrives dans un nouveau lieu, avec des nouveaux enfants et que tu as encore dans ta tête les prénoms de ton ancien lieu de stage.
  • Tu dois préparer ton repas chaque soir pour le lendemain (dure la vie d'étudiante...) et que ta tout simplement la flemme.
  • A chaque fin de stage, tu cours derrière l'EJE ou la direction pour te faire remplir ta fiche d’appréciation parce que tout simplement ça t’embête de revenir là chercher après la fin de ton stage.
  • Tu défends l'importance de l'observation, mais que le lieu t'attend au niveau des activités !
  • Tu prends tout simplement des kilos à cause d'une boulangerie ou autre magasin situé en face de ton centre de formation qui te tente chaque jour à cause de ses spécialités. (Merci la boulangerie en face du CERPE avec les beignets lol).
  • Ton lieu de stage fait immersion chez toi dans la nuit à travers les songes u_U ....
  • T'es en première ou deuxième année et que tu vois les troisième année en soutenance du fameux "Mémoire" et que tu te dis bientôt les choses sérieuses vont commencer !
  • Tu cours après un formateur pour savoir où il en est d'un dossier que tu as rendu.
  • Tu arrives à faire des liens de cours de psychologie et de communication dans la vie devant tes potes et qu'ils te regardent d'un air perplexe. 
  • Tu as rencontré des amis super au cours de ta formation.
  • Tu parles EJE à ta famille/amis et qu'il te font comprendre que c'est ni le moment, ni l'endroit.
  • Tu peux t'empêcher d'être en observation dans la rue des qu'il y a des enfants en interaction.
  • Tu te mets à chanter des comptines apprise lors de tes stages.
  • Tu est dégouté(e) de quitter un lieu alors que tu t'y sentais bien.
  • A chaque fin de stage, on te demande de donner de tes nouvelles.
  • Tu es dans un centre commercial, une gare ou encore les transports en commun et que t'entends un enfant pleurer et que tu te met directement en position d'observation pour comprendre d'où viennent ses pleures.
Bref, il y en a plein d'autre mais, vous, avez-vous des anecdotes à partager afin d’agrandir la liste ? 

A vos claviers !

dimanche 2 mars 2014

Two Months Later : Welcome March !


  [ Bonjour / Bonsoir ! ]

Ça me fait bizarre de revenir écrire après autant de temps, mais au bout de deux mois, je pense qu'il serait bien de donner des nouvelles. Maintenant par où commencer ? Que dire ou ne pas dire ? Telle est la question !

Les vacances se terminent et ça va faire un mois et demi que j'ai commencé mon stage DC3 en RAM. Il se termine à la fin du mois. Je ne sais pas trop quoi pensé de ce stage, c'est assez compliquer vu la complexité du lieu dans lequel je me trouve, mais surtout des objectifs du DC3. Mon journal d'observation prend forme doucement (trèès doucement) mais surement j'ai écrit 4 pages ! YEEAAAHH lol mais le plus dure reste à répondre à ma problématique posée ... 

Ce stage DC3 m'aura permis de mieux connaître le métier d’assistantes maternelles et comment l'EJE les accompagnent dans leurs démarches de professionnalisation. Le plus dur dans ce stage est de faire du lien avec la théorie/pratique alors qu'on a eu peu de cours de communication. Résultat, j'ai l'impression de nager dans le vide. Cette deuxième année est intensive, je savais qu'on allait monter d'un cran mais à ce point je ne le pensais pas. Ce qui me stresse le plus c'est d'avoir eu peu de cours et de me dire dans un an : tu seras en train de passer les épreuves pour devenir "professionnelle". Bref ça fait peur. Autant l'année dernière, j'étais confiante, j'arrivais à me laisser porter, autant cette année, c'est : aiiie aiiie comment je vais faire plus tard. Je me sens rassurée de rien du tout. Au fond de moi c'est la panique totale. Cette année je n'aurais quasiment rien lu, je n'arrête pas de reporter ou d’ouvrir un livre et de le refermer aussitôt parce que ça ne répond pas à mes questions. Tout ça pour dire que cette deuxième année est une année : de tâtonnements. Il y a  deux fois plus de travail personnel que je remets souvent au lendemain. J'ai décidé de me concentrer pour rendre en temps et en heure les dossiers les plus "chiants" (oui je pense que le mot est certes vulgaire mais correct lol) : le DC3 et DC4. 

Je pense aussi avoir tout ces ressentis car je rencontre le problème clé de moi-même : La communication. Il a été encore difficile de trouver ma place dans ce stage. Surtout qu'en RAM, l'EJE est amenée à travailler seule contrairement en structure d’accueil où il y a un travail d'équipe. Puis retrouver une place de stagiaire avec deux professionnelles : EJE/AM n'était pas évident du tout. Je ne savais pas trop quand je pouvais intervenir, quand je ne pouvais pas, quand je pouvais déléguer à l'EJE ou pas. Mais après un mois, j'ai l'impression d'avoir réussi déjà à m’ouvrir un peu plus, de paraître plus détendue et du coup d'avoir compris les codes de la communication du lieu. 

Une structure qui m'a permis de découvrir une profession, mais qui m'a approuvé que je ne travaillerais pas plus tard en RAM. Pour la première fois, je trouve que le travail en équipe me manque (lol). Il me manque les différents regards croisés qu'on trouve en structure d’accueil dans l’intérêt de l'enfant. Il y a un très beau travail sur le soutien des assistantes maternelles et de leur permettre ainsi d'évoluer dans la relation avec l'enfant et de manière professionnelle. Mais si on regarde du point de vue de l'éducatrice, je ne me vois pas travailler dans une structure où il faut tout porter constamment et où on se retrouve par fois seule face à ses propres observations. Je me doute que tous les RAM ne fonctionnent pas de la même manière et que certains n'ont pas autant de temps administratif que d'autres cependant je suis contente d'avoir connue ce lieu dans le cadre d'un dc3, j'y apprends beaucoup. 


Voilà pour mon passage, j'espère revenir bientôt pour donner des nouvelles :)


jeudi 2 janvier 2014

Après une multitude de péripéties, mon stage DC1 s'effectuera en Pédiatrie Générale


[Après huit mois de recherche, une vingtaine de lettres envoyées et plusieurs timbres, et deux entretiens : La récompense le "02/01/2014."]

Hey!

Tout d'abord avant de commencer à raconter l'aventure "recherche du stage DC1". Je tenais à vous souhaitez une Joyeuse Année 2014 ! Pour ma part elle a très bien commencé avec ce beau coup de fil m'annonçant que je ferais mon DC1 en pédiatrie et que je recevrais un courrier dans les prochains jours pour confirmer cela. Vous allez me dire, mais elle n'avait pas déjà trouvé son stage DC1?! Beaucoup de choses se sont passées entre-temps, j'ai préférer laisser coulé les événements avant d'écrire un article. 

[Retour en arrière ...]: lors du dernier vrai article (LOL), j'avais parlé que j'aurais une journée en pédiatrie concernant le stage en service de cancérologie. Pendant les vacances de la Toussaint, j'effectue une journée de 7h afin de voir le travail de l'EJE, l'organisation, de voir si ça me plait, et si je me sentais bien par la suite. Pendant cette journée, j'ai énormément observé. J'ai pu voir le partenariat mis en place par l'EJE, un atelier musique à été organisée l'après-midi, un concert plus précisément. Les parents et les enfants (qui étaient en mesure de se déplacer) pouvaient y assister. Le matin, l'EJE a mis en place un atelier cuisine. Tout se passait dans la salle de repas qui fait pour l'instant office de salle de jeu car tout le service est en travaux. La journée a été lourde en émotion psychologiquement pour ma part, pas par rapport aux enfants, mais aux émotions que j'ai ressentit des parents concernant ce service. Voir un pied à perfusion, ou enfant n'ayant plus de cheveux n'est pas ce qui m'a le plus choqué, car je ne voyais pas l'enfant comme étant malade. Ce qui m’intéressait le plus c'était d'observer de quoi l'enfant était en capable, le positif en lui et non le négatif. Mais le service dans lequel je me trouvais, me faisait rappeler la réalité, notamment par l'équipe sanitaire qui gravite autour de l'enfant, une équipe composée d'auxiliaire de puériculture, d’infirmières, d'internes, de médecins... Jusqu’à qu'un médecin se trompe en venant me voir alors que j'étais tranquillement entrain d'observer en me prenant pour la mère d'un enfant. 
>_<" . Du coup, j'ai eu du mal. Je trouvais que tout allait vite, limite tout le monde courrais partout, j'avais du mal à voir ma future place de stagiaire ce que je pouvais apporter, comment je pouvais me placer lorsque je commencerais ce stage. De plus, la position de stagiaire concernant le soutien à la parentalité, n'était pas simple, j’étais déjà sollicité par des parents. Je ne savais pas comment relier à l'EJE. Je quitte alors cette journée avec plus de questionnements qu'au départ. L'EJE me rassure en disant que j'avais le temps de réfléchir avant de donner ma décision. Effectivement, j'ai réfléchi pendant trois semaines, j'ai discuté avec mes amis, ma formatrice, peser le pour et le contre, mais je me suis dit allez pourquoi pas, tu vas peut être en apprendre beaucoup sur ce lieu même si j'avais encore beaucoup d'appréhension sur ma place que je ne voyais toujours pas. Je décide de faire part de ma décision par mail à l'éducatrice en évoquant toujours l'aspect de ma place et déjà comment je pourrais observer lors de ce début de stage. Une semaine plus tard l'EJE me renvoie un mail, m'expliquant qu'elle avait aussi réfléchit de son côté et qu'elle souhait un entretien téléphonique afin de me dire sa décision. Vous vous en douterez bien que la décision a été négative. Elle m'a expliqué qu'elle préférait me dire non pour me protéger, et que m'accepter en stage long sur ce service de pédiatrie serait me mettre en difficulté. Je lui dis que je ne savais pas quoi répondre, mais que je lui remercie de m'avoir accueilli. Effectivement, j'étais sous le choc car je pensais avoir trouvé mon stage, j'ai du me faire en cinq minutes à l'idée que je devrais reprendre mes recherches rapidement, relancer ceux qui ne m'ont pas répondu et que je passais peut être à côté de "THE STAGE" car je lui avait évoquer mon impression ressentit lors du repas. Toutes ses blouses blanches à la cafétéria ce n'était pas simple pour moi ainsi que le service qui n'est pas un service de pédiatrie classique, et que je pourrais peut-être durant ce stage affronter la mort, j'avais juste du mal à m'imaginer cela, je faisais un déni en me disant que pendant neuf mois tout irait bien. 

Après ce coup de fil, je décide de procéder à mes recherches, mais je n'y croyais plus trop. Je décide d'élargir mon champ de recherche sur des centres maternels, mais que des réponses négatives, nous avons déjà des stagiaires pour cette période. J'avais l'impression qu'il fallait limite s'y prendre deux ans à l'avance pour avoir quelque chose !

Fin novembre, je reçois un coup de fil, d'un service de pédiatrie, l'EJE me propose un rendez-vous pendant ces vacances. Un peu choquée (à mon avis, je pensais que c’était un coup de fil pour dire que c'était de nouveau négatif). Avec ma voix, un peu fébrile, nous posons une date de rendez-vous. 

Lundi 30 décembre 2013 : L'entretien.

Lundi à 14h30, j'ai rendez-vous au service de pédiatrie concerné, j'arrive avec cinq minutes d'avance, je croise l'EJE (elle avait une blouse originale et qui la distingue de l'équipe lol). Je décide de la suivre en espérant que je ne me suis pas trompé et effectivement, elle se dirige vers la salle de jeu. Je toque à la porte, et je lui signale ma présence, elle me propose gentillement de prendre place. Mon Cv et ma lettre de motivation dans sa main, elle me demande pourquoi je souhaitais faire mon stage en pédiatrie, je décide de lui expliquer mon cheminement, ma motivation et mes lieux de stages ce que j'ai pu y apprendre et ce que cela m'a apporté. Premièrement, que le milieu hospitalier (sanitaire) m’intéresse et que je souhaite par la suite y exercer. Deuxièmement, je lui évoque la réalité du terrain et qu'il est rare voir difficile d'avoir un poste en milieu hospitalier, par conséquent, je souhaitais y faire mon stage long afin de voir le rôle d'une EJE, sa place parmi l'équipe sanitaire et comment elle répond au soutien à la parentalité au quotidien. Troisièmement, je préférais prendre le risque de faire mon DC1 à l’hôpital, même si je sais que par la suite, il n'y a pas de proposition de poste. Je lui évoque que je souhaite y acquérir de l’expérience afin que si dans l'avenir, un poste se présente, je serais en mesure d'y répondre. Par la suite, j'explique mon choix du DC1 pour ce lieu. Je ne pense pas que faire un stage à l’hôpital en DC2 ou DC3 était judicieux pour moi, j'avais besoin de mûrir dans la formation avant de faire ce stage. 

L'EJE m’explique tout le travail effectuer sur le soutien à la parentalité, son rôle, et le déménagement du service dans un nouveau bâtiment. Elle m'explique sa place dans l'équipe et les problèmes que je peux rencontrer. Elle m’énonce que l'équipe est agréable, mais que si je ne vais pas vers eux, ils ne viendront pas vers moi. Elle me parle de ses horaires pour l'instant à la demande de la direction. Elle fait 8H30-17h, mais elle m'explique la problématique rencontrée : peu de présences à la salle de jeu l'après-midi, entre les repas, la sieste et les soins par moment, il y a qu'un ou deux enfants à la salle de jeu. Elle souhaiterait revenir à ses horaires précédents : 9H-16H30. On discute du déroulement du stage, une phase d'observation avec une durée non imposée, libre à moi de choisir (une semaine, un mois à moi de voir). Concernant l'observation non-participative, elle m'évoque la difficulté que cela risque d’entraîner notamment au niveau de l'aménagement de l'espace, elle me préviens qu'au bout d'une semaine je risquerais d’être sollicité par les enfants. Elle souligne l'importance qu'offre ce stage : Osé ! Elle m'explique que j'ai l'opportunité de travailler ma conception du métier, mon positionnement afin que je puisse faire la transition stagiaire EJE à futur EJE et que si je souhaitais mettre en place des choses qu'il n'y avait pas de soucis et qu'elle sera présente pour m'aider à avancer et évoluer. On termine par l'aspect sanitaire pas d'obligation de blouse mais à moi de voir de choisir deux tenues fixe pour que les enfants me repèrent ainsi que l'équipe. Je devrais préparer un badge que je garderais tout le temps du stage. 

L'entretien se termine et l'EJE évoque que je ne suis pas la seule pour cette demande de stage qu'elle attend une autre demande et que par conséquent elle souhaite aussi rencontrer cette personne (ce qui est normal après tout). On se donne une date au plus tard de fin janvier pour avoir une réponse. Je lui rajoute que je pars avec aucune appréhension et que ce temps me permettra aussi de réfléchir, cependant je souligne que si elle a pris une décision avant cette date, qu'elle n'hésite pas à me contacter quelle que soit la réponse. Elle me fait une visite des locaux avec une explication à chaque fois sur chaque espace qui constituent le service et elle me raccompagne à la sortie du service. 

Je pars soulager en me disant les cartes sont joués, il faut prendre son mal en patience et attendre, mais qu'en tout cas, j'aurais cherché jusqu'au bout, que parfois j'ai déposé mes Cv en mains propres afin de multipliés mes chances. Dans tous les cas, j'aurais joué le jeu jusqu'au bout. 

Le 02/01/2014: La Réponse.

Oui, c'est effectivement aujourd'hui dans l'après-midi que je reçois la réponse. Déjà, je suis étonnée car je m'attendais pas à avoir une réponse avant trois semaines ! Je passe une après-midi avec une amie rencontrée en prépa lorsque je passais les concours, on décide alors de se poser à la croissanterie afin de continuer à papoter. Elle me propose de payer mon chocolat chaud (d'ailleurs je te remercie encore lol), je discute avec elle du prix et je sors mon portable afin de lui montrer la taille du dernier chocolat chaud bu au Costa Coffee (il était énorme bref passons). Mais au moment de lui montrer la fameuse photo, je découvre toutes les notifications sur mon téléphone, un message de tatie Mélina, un appel manqué, un message vocal, plus une notification. Je me suis dit oula qu'est-ce qui se passe, je décide traiter dans l'ordre voir qui m'a appeler, je constate que c'est l’hôpital (oui vous vous doutez bien que j'ai enregistré le numéro lol), je décide d'aller écouter la boite vocale, un peu tremblante, j'espère que c'est une bonne nouvelle,mais je ne comprenais pas pourquoi cet appel aussi tôt il s'est passé deux jours entre l'entretien et l'appel ! 

"Bonjour, Mademoiselle, ici l'éducatrice de l’hôpital, je vous appelle pour vous dire que je prenais votre candidature pour le stage pour lequel nous nous sommes rencontrés avec un avis favorable, par conséquent je transmets votre candidature à la direction qui vous le confirmera par courrier..." - A ce moment-là, j'avais envie de crier de toutes mes forces mais je me suis retenue en disant à ma copine ahhh sa y est je suis prise à l’hôpital ! 

Bref, ça va faire plus de deux heures que je n'arrive pas à y croire que je suis vraiment dans la joie ! Limite j'ai envie de sauter partout. Non pas parce que j'ai trouvé à l’hôpital, mais que c'est un lieu comme où elle me dit j'aurais des opportunités, j'ai hâte de commencer, hâte de me rencontrer (en tant que future professionnelle), d'évoluer, de voir un nouveau monde, un nouveau champ et contente d'y aller avec un vrai OUI et pas un oui bof. 

Si j'ai une leçon à retenir, c'est de ne jamais y cesser d'y croire malgré les nombreux refus et non-réponses !


Une impression de toucher un rêve...




mardi 24 décembre 2013

Petit Menu de fin d'année

[J'ai disparu, je le sais, mais vous inquiétez pas tout vas bien sur la planète : "Formation EJE"]

Je tiens à m'excuser pour ce long moment d’absence, ce n'est pas que j'avais peu de choses à dire (bien au contraire) mais peu de temps pour passer ici pour partager tout ce qui se passe. Pour ma part, cette deuxième année passe assez vite et je suis de plus en plus fatiguée (j'hésite à demander des vitamines C pour Noel lol). Bon faut dire aussi que les transports ne m'aident pas, et que faire plusieurs choses à la fois en plus de la formation comme passer son permis (quelle idée j'avais aussi!) ne m'avantage pas non plus. Je ne vous parle pas non plus du travail personnel à fournir (Mon DC4 que je suis enfin entrain de le boucler après avoir donner une première version, enfin je commence à être satisfaite du dossier. Du coup, il me reste que la conclusion et j'ai enfin finiiii !!!!). DC4 fini à la rentrée c'est le stage DC3 qui m'attend avec le fameux journal d'observation du coup (il n'aura jamais une fin --"). Donc vous le comprenez bien les stages s’enchaînent et les dossiers avec aussi !

Je décide de profiter des vacances (enfin du temps que j'aurais à disposition) pour redonner vie à mon petit blog. Par conséquent vous risquerez d'avoir des longs articles afin de me rattraper lol. Je vous propose un petit sommaire (ça me permet aussi de m'organiser lol) afin d'avoir un petit aperçu de tout ce que je souhaite aborder. 

1- Le stage DC1: toujours à la recherche mais peut être une issue...
Je reviendrais sur toute les péripéties liées à ce stage car il y en a eu ! 
2- Un petit point sur la formation : il aura jamais autant eu de travail de groupe lol.
3- Le stage DC3 (Communication Professionnelle) : Relais d’Assistantes Maternelles.

Voila pour mon petit passage sur la plateforme, je vous souhaite à tous de bonnes vacances et de Joyeuses Fêtes de fin d'année :) 

A bientôt. 



dimanche 10 novembre 2013

Parlons sérieusement: bilan intérieur d'une étudiante en formation...


Un article que je souhaitais faire depuis longtemps, mais que je ne trouvais pas le temps. Aujourd'hui, j'ai ce temps et je souhaite m'expliquer sur cette "phase" que j'ai traversée, oui cette phase est finie Dieu merci, mais je pense qu'il est utile que je le verbalise. Comment j'ai eu l'EJE blues alors que tout se passe bien dans ma formation et que j'ai limite fait un beau bilan de fin d'année? Hélas, le point négatif d'un blog, c'est qu'on ne peut pas totalement se vider, il faut faire attention aux différents mots employés, car le Web ainsi que
Google ne pardonne rien ! 

Comment le syndrome "EJE Blues" (c'est comme ça que je l'ai appelé) m'est apparu? Tout d'abord c'est comme une légère monté de température qu'on pense que ça va passer avec un coup de paracétamol (Doliprane et compagnie qui sont les meilleurs amis des professionnelles de la petite enfance). Au final en croyant que cela va passer, je trouve que cela empire si l'on ne prend pas de mesure rapidement. Je vais tenter de m'expliquer. Lors de mon deuxième stage DF2, la difficulté que j'ai eu avec l'équipe était sur mon positionnement, le fait de ne pas avoir d'EJE dans la section et d'être sous le regard d'une auxiliaire qui devient du coup ma référente de la section m'ont permis avec du recul de me rendre compte d'une complexité dans laquelle je me trouvais. En tentant d'agir comme une futur EJE et par conséquent de mettre en place des activités à partir de mes observations et non pas en faisant une activité pour faire une activité, en discutant avec l'EJE de l'aménagement de l'espace et des coins symboliques (dînettes, coin voiture....) et en pensant bien faire à une semaine de la fin un clash subvient. L'équipe me reproche d'être moins motivée qu'au début sur quels points me direz-vous sur des points très simple. Je ne participais pas assez pour eux aux repas des enfants (alors que toutes les professionnelles étaient présentes, je décidais pour me rendre "utile" justement d'arranger de nouveau les espaces (car on avait demandé de ranger la salle aux enfants, donc un passage de l'adulte juste après est-ce inutile?), de mettre de l'ordre dans chaque espace symbolique afin que l'enfant puisse y retrouver ses repères ! Mais ça ce n'était pas assez "justifier" pour la professionnelle. Pour elle, je ne faisais "qu'habiller " les poupées. En suite, on me reprochait le fait que je refusais des soins, je ne pense pas que forcer un enfant qui ne souhaite pas être changé par une autre personne vas m'aider et l'aider! Une position délicate, pour l'enfant comme pour l'adulte, mais bon on ne voyait pas dans le même sens. Je ne parle même pas de la notion de pudeur et le fait que je sois de passage dans un lieu. Du coup, pensant bien faire et demandant pourtant à l'équipe à chaque fois leurs attentes ou s'il avait des remarques sur mon positionnement, j'ai eu plus l'impression à la fin d'avoir été prise pour une imbécile du début jusqu’à la fin. Le fait aussi qu'on me balance ça pratiquement à quelques jours de la fin de mon stage ne m'a pas aidée et du coup, je suis partie avec énormément de questions et un dégoût des structures d’accueil, j'avoue là dans cet article, je ne risque pas de mâcher mes mots, je m'en excuse déjà. 

Je passe des grandes vacances avec une légère appréhension face à la deuxième année et aux stages, peur de nouveau de passé un stage désagréable, peur de ne pas être comprise ou de ne pas trouver ma place, à force d'avoir eu peur hé bin ceci s'est réalisé au cour du DC4 avec la directrice m’empêchant de tout voir comme ci j'allais écrire des trucs de "ouf" sur mon dossier de 15 pages, et me faisant comprendre que je n'avais pas du tout ma place dans ce lieu. Le bilan a été froid, dans ma tête à chaque remarque, je me disais : "Laura reste calme, ne répond pas, elle te cherche ne rentre pas dans son jeu" puis elle a dit la phrase de trop ! : "de toute façon si c'était moi que vous aviez rencontré pour votre demande de stage, je ne vous aurai jamais accepté" et la, elle a dit la phrase de trop mon cerveau n'a fait qu'un tour et je lui ai répondu: "de toute façon si l'école ou un étudiant me demande mon avis sur ce stage, je ne lui conseillerais pas d'y mettre ses pieds."

J'avoue j'ai été sec, dure ou brutal, mais pendant 6 semaines je me suis senti démunie par l'autorité débordante de Margaret Thatcher ainsi que ces phrases et ses piques diverses et variées, le pire c'est qu'elle n’était pas ma tutrice, elle pas venue me voir pendant l'entretien avec mon référent elle s'est jamais intéressée à ma personne, mais comme dès la première semaine j'ai refusé d'aller auprès d'enfants (ce qui est normal, pour un stage DC4!) et que j'expliquais chaque jour l'importance du stage et de mon dossier, elle a décidé de me faire la misère jusqu'au bout. Vous vous demanderez pourquoi je ne suis pas partie dès le début ? Tout d'abord, je pensais que ça irait mieux vu que mon référent tentait de me détendre et de faire comme il peut pour me trouver une place, puis en observant leur rapport, j'ai vite compris qu'il m'a pris sans demander son avis et du coup elle a décide de démontrer qu'elle n’était pas d'accord avec son choix. Le fait après de discuter avec l'EJE de terrain m'a fait comprendre l'attitude de la directrice et j'ai vite remarqué qu'elle était comme ça avec tout le monde et encore pire avec l'EJE par moment, une manière de parler qui fait froid dans le dos par moment. Du coup, pour revenir à l'EJE blues c'est là où il s'est déclenché d'une manière importante, je me demandais par moment si c’était moi qui cherchait, si je n'abusais pas, au final je commence alors à analyser tous les événements négatifs en me disant pourquoi les autres ont des stages qui se passent bien et moi je suis la "poisseuse" de service! ET la je dis STOOP > C'est une grosse dévalorisation de soi, un nuage noir , un esprit négatif qui stagne autour de vous à cause de mauvaises personnes qui vous font comprendre que vous êtes incapable alors que vous êtes totalement capable!

Je remercie alors l'EJE qui avec ses infos, ses expériences, son vécu qu'elle m'a fait partager afin que je m'enrichisse au maximum. Tous ces jours où je lui expliquais pourquoi je ne veux pas travailler en EAJE, alors qu'il faut que je me mette en tête que selon la conjoncture rencontrée il faudra peut-être que j'y pense. Alors que je voyais que du négatif, elle a su me montrer le positif et j'ai aussi compris du coup mon problème ! D'arrêter de voir que du négatif dans les expériences vécues sur le terrain : positive attitude ! Dans le premier stage, j'ai pu voir l'importance de l'observation alors que je souhaitais participer plus avec l'équipe. Dans le deuxième, j'ai pu me positionner et me justifier bref m'affirmer calmement avec des éléments concrets : mes observations même si du coup ça été mal perçue dans l'équipe >_<". Dans ce troisième stage je n'y voyais rien, je me suis même dit : "avant je pensais faire ça toute ma vie mais maintenant je me pose des questions, si c'est pour toujours avoir des bâtons dans les roues soit par la direction ou l'équipe, c'est quand qu'on pourra faire notre véritable boulot en plaisant à tout le monde et en trouvant ce "juste-milieu ?!" Et puis j'ai eu le point de vue de mon tuteur par écrit et qui était que du positif et de la valorisation! (qui a été totalement effacé par la directrice en me faisant bien comprendre qu'elle avait aussi son point de vue dans l'affaire et que par conséquent, il fallait qu'il apparaisse. Résultat des courses : 7 lignes le bilan, MDR). Ainsi que celle de l'EJE qui m'a évoqué que malgré tout ce qui s'est passée, j'ai réussi à m'adapter, à prendre des initiatives ce qui à totalement perturbé la directrice. Ne voulant pas me passer la liste des partenaires et n'ayant jamais le temps de me recevoir. J'ai réussi à obtenir ce que je voulais lorsqu'elle a vu que j'ai réussi à avoir un rendez-vous seule avec la coordinatrice de la ville. (Bouhh je ne vous raconte même pas sa réaction! On dirait je voyais le président de la république ! o_O). 

Alors oui depuis mon deuxième stage DF2, j'en ai vu des vertes et des pas mures sur le terrain. Je me suis posé énormément de question entre toute cette formation théorique et ce décalage arriver sur : "la planète pratique". Par conséquent, j'ai compris aussi que je prenais trop à cœur les choses et que parfois, on ne peut pas changer la donne partout, parfois justement la distance est nécessaire afin de ne pas se toucher et tomber. Nous ne sommes pas des bonnes fées les EJE ou des magiciens (pour les EJE hommes ;) ), nous ne pouvons pas tout changer d'une baguette magique, parfois il faut s'y attendre à des obstacles, à des difficultés et que sans la volonté de tous, nous ne pouvons atteindre cette objectif commun fixé. 

Cet article n'a pas été fait pour dégoûter ou pour "cracher" sur les lieux qui m'ont accueillis, ou encore moins pour faire fuir les futures personnes qui souhaitent se lancer dans l’aventure EJE. Cet article a été fait pour verbalisé un moment de ma vie d’étudiante EJE, j'avais besoin de laisser une trace et de partager mon intérieur et ma pensée. Je souhaite aussi démontrer que "parfois" et cela dépend bien sur des personnes tout n'est pas rose dans l’aventure formation. Mais je suis fière de partager cela, car j'ai réussi à surmonter cette phase et que je sais que tout ce vécu m'aidera plus tard dans ma prise de poste lorsque je rencontrais des situations similaires. Je sais du coup ce qui me reste à travailler personnellement avant la fin de la formation. 

Maintenant que j'ai les différentes clés en main à moi de trouver la bonne pour accéder à mon bonheur professionnelle ;) 

dimanche 20 octobre 2013

Un mois et cinq jours plus tard...


[Le Point ]

Après un long (ou un petit moment d’absence), je reviens sur le blog afin déjà le lui redonner de la vie lol et pour partager ce qui s'est passé, ce que je peux publiquement évoquer. 

Commençons par le stage DF4, que dire, que dire. Un stage qui a très mal commencé pour ma part pendant au moins deux semaines mais qui s'est bien fini. Hélas, je n'ai pas encore compris dans quelle mesure, je me suis de nouveau retrouver : en conflit de positionnement. Et encore une fois, j'ai décidé de ne pas me laisser faire. Résumons un peu, lors de mon premier jour de DF4, je tombe sur la directrice, je lui explique que je suis stagiaire EJE et que j'attends mon référent. J'avais rendez-vous à 9H30. La directrice qui s’étonne de nouveau de voir une nouvelle stagiaire EJE, elle me propose directement d'aller voir l'EJE et d'aller auprès d'enfants. Sauf que non, ce n'était pas possible, je lui explique alors de nouveau, "de manière douce et agréable" l'objectif de ce stage. A sa tête ainsi qu'a sa réaction, j'ai vite compris que je n’embarquais dans une nouvelle aventure! Elle me fait aussi comprendre à sa manière que rester auprès de mon référent à la direction et sur toute la durée de mon stage n'allais pas être possible, déjà par le manque de place mais aussi par rapport à la dynamique sociale de la structure et le public rencontré. (dans ma tête, je me suis juste dit houla, il y a déjà un problème de communication entre les deux, l'adjoint n'a pas dit à la directrice qu'il accueillait une stagiaire dans le cadre d'un stage à responsabilité). Bref, ça commence mal. 

Par conséquent, deux semaines passent où j'essaye de me faire la plus petite possible, où le projet d'établissement et l'équipe de terrain (L'EJE et les différentes professionnelles) deviennent mon repère fixe et sécurisant lol. Puis après quelques différents avec la directrice toujours par rapport à sa demande d'être auprès d'enfants (oui elle a effectivement jamais lâché l'affaire lol), j'ai pu comprendre et voir l'importance de ce stage à deux semaines de la fin (mieux vaut tard que jamais comme on dit). J'ai beaucoup appris lors de mes rendez-vous avec les différents partenaires sociaux qui collaborent avec la structure dans une dynamique de protection de l'enfance. J'ai pu aussi voir la tête de certains travailleurs sociaux lorsque que je disais que j'étais stagiaire EJE, certains ne comprenait pas le lien, la raison de ma démarche. C'est lors de ma matinée passée à la CAF auprès de travailleurs sociaux (CESF, AS) que j'ai bien compris la complexité de notre métier et la vision de notre métier auprès de ces personnes. En résumé c'était EJE= Crèche, je ne comprends pas ce qu'elle fout là ptdr. Par conséquent, on a énormément discuté sur nos métiers, les représentations, le travail au quotidien, les difficultés rencontrées. Une matinée enrichissante pour ma part.

Mais le pire c'était lors des réunions de travailleurs sociaux. Je ne vous évoquerez pas les deux réunions auquel j'ai pu assister et où je me sentais toute petite lors du tour de table pour la présentation. Bonjour, mme intel responsable chef territorial de PMI.  Bonjour, mme ... Éducatrice spé à l'ASE.. --"

A part ce différent et quelques difficultés rencontrées je suis contente d'avoir bientôt fini ce stage, car la direction ce n'est vraiment pas pour moi. Maintenant il me reste à terminer ce dossier (motivation!).

..................................................................

La partie DF4 finit, passons à ce fameux stage DF1, hum que dire, que dire ... Tout d'abord, je vous avais évoqué le fait que j'avais décider de continuer mes recherches, vu l'impression négatif que j'avais ressentit lors de mon entretien de cet été. Après deux mois d'attente, je décide quand même de relancer l'EJE afin au moins de mettre une réponse claire à tout cela. Deux semaines, plus tard début octobre je commence à recevoir plein de courrier de refus (je me dis hum ce n'est pas trop tôt), mais je constate que tous ces courriers proviennent de la même période d'envoi où j'avais postulé, c'est à dire en avril. Du coup, je constate qu'il me manque un hôpital. La semaine qui suit, je reçois un coup de fil de leur part dès 9h, l'EJE m'explique qu'il est intéressé par ma candidature sauf qu'il y a un petit problème, je lui demande lequel : ma date de stage --", il souhaitait savoir s'il était possible de me prendre un mois après la date officiel, c'est à dire au mois de juin. Dans ma tête, c'est le trouble, la tempête que dire : oui, mais je vais voir avec l'école, non ce n'est pas possible parce que je sais que le CERPE ne voudra jamais déplacer autant sur un stage long. Au final, j'opte pour la deuxième réponse avec dépit mais étant sûr que ce n'était pas possible de déplacer. L'EJE me dit qu'il est possible de me prendre en stage autre que pour DF1 tant que celui-ci commence à partir de juin. Je lui explique de nouveau l'organisation des stages au CERPE et que par conséquent, j'ai réservé mon DC1 et ma dernière année si possible pour un stage à l’hôpital.

[Roulement de tambours]. Dans la même matinée, je reçois de nouveau un coup de fil, je ne connais pas le numéro mais Samsung (il est malin ce téléphone), m'indique la ville d'où provient l'appel, je vois que ce n'est pas loin de l’hôpital où j'ai eu mon entretien cette été, je réponds. 

"Oui allo, mademoiselle ... , je suis madame... Vous nous avez déposé une candidature pour un stage auprès de notre EJE (c'est l’hôpital où j'avais eu l'entretien), voilà alors il y a pas de problème pour vous accueillir cependant il est  impossible de vous rémunérez pendant toute la durée de votre stage, nous n'avons pas les fonds." 

Je passe du sourire aux larmes ... :D à :'(

La personne m'explique qu'ils vont réfléchir à cet accueil durant cette période. Je leur propose d'informer de cette situation à l'école pour qu'ils puissent voir par la suite ce qu'ils pourront mettre en place. Elle me rassure qu'elle me tiendrait au courant de l'évolution de mon dossier. 

[Vendredi 18 Octobre dans l'après midi]: je reçois un mail, de l'EJE de cet hôpital. Comme convenue à l'entretien dans le cas où je serais prise, on s’était mis d'accord pour mettre en place une journée d'observation afin de me permettre de visualiser et de confirmer mon choix ou non de faire ce stage dans ce service. J'ai donc immédiatement proposé des dates où j'étais disponible afin de faire cette journée.

Affaire à suivre ;)